Albumotof figuludif
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiodor Fedorovitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Friedrich
Admin
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Fiodor Fedorovitch   Sam 27 Déc - 23:06

ODESSA, LE TSAR, LES FRANÇAIS ET LE TYPHUS

Né dans une famille juive d’Odessa pendant le Pogrom de 1905, Fiodor Fédorovitch a échappé des ses premiers jours  à la sauvagerie barbare de la soldatesque avinée du Tsar. Le petit Fiodor a ensuite connu ses premiers émois  mécaniques dans l’atelier son père, mécanicien talentueux et inventif qui participait alors avec une grande fierté  à la maintenance du funiculaire de l’escalier Primorskiy.


Dès 1918, ni blanche, ni rouge, ni verte,  mais luttant pour sa survie face aux convulsions antisémites de la guerre civile ravageant la toute nouvelle République Populaire d’Ukraine, la famille Fédorovich participe à un groupe juif d’autodéfense.  Le rôle du jeune Fiodor se borne alors à graisser la mitrailleuse du groupe.


Quand  en avril 1919 la ville est prise par les bolchéviques après l’évacuation des troupes françaises, ce ne sont ni les balles ni les couteaux, ni l’abrutissement des masses, mais le typhus qui emporte sa famille. Orphelin et laissé pour mort au coin d’une rue, Fiodor âgé de 14 ans et jeté dans le port.


GOULAÏ POLE, MAKNO, LES ROUGES ET LA FAMINE

Nuls ne sait comment il survécu aux vents et marées mais on le retrouve quelques temps plus tard  à bord d’un vapeur  remontant du sucre de Sukholutch pour Kiev.  Mais l’infortunée « Baron Ginsburg » tombe entre les griffes de l’ignoble Ataman Zélény qui en massacre les passagers juifs. Les eaux du Dniepr valant bien celles de la mer noire, l’instinct de survie du jeune petit Fiodor le pousse à se jeter par-dessus bord.

Errant sur les berges du Fleuve,  l’adolescent  est recueilli par  une patrouille de Makhnovistes, qui le mène à Goulaië Polé toute proche, devant Nestor Makhnov en personne.


Là il est naturellement  affecté aux services de la demi-compagnie juive armant la batterie spéciale de la Makhnovchtchina.
C’est dans ce contexte que Fiodor approchera ses premiers canons, et bien que ne montant pas lui-même, il et sera ébloui par la valeur des cavaliers cosaques.  Le souvenir de Makhno chargeant sabre au clair les troupes de Dénikin  à la tête de la Chornyy Sotnia à la bataille de Peregonovka ne le quittera jamais.
 

Pendant plus d’une année il combattra  sous la bannière noire de la Makhnovchtchina , bien que son rôle se soit limité à porter des munitions et à pousser des affûts.


Lorsqu’en  novembre 1920 les rouges trahirent Makhno, Fiodor réussi à s’en tirer au bénéfice de son jeune âge et  devint un des nombreux bespryzorniki parcourant les routes d’une Ukraine affamée…


DES CARRIERES DU DNIEPR AUX USINES DE LA VOLGA

On retrouve sa trace à la fin des années vingt dans la carrière de granite de Rybalsy près de Dniepropetrovsk, où il survit à la force de ses bras et se familiarise avec l’emploi des explosifs.
 

En 1934, passant du Dniepr à la Volga il entre à l’usine de tracteur de Stalingrad, où en 1937 il participe au lancement de la chaîne de montage des nouveaux tracteurs STZ-5.


RETOUR A ODESSA

En 1939, alors âgé de 35 ans Fiodor Fedorovitch est devenu un mécanicien confirmé. Fort de son expérience,  il  se porte volontaire pour mettre  en route une nouvelle unité de production du STZ-5 à l’usine « soulèvement de janvier » d’Odessa.
Il s’y trouve toujours à l’été 1941 lors du siège de la vile par les troupes roumaines, et s’emploie à la conversion des STZ-5 en « na Ipsug ».


Un jour de septembre alors qu’augmente  la pression sur la ville, faisant appel a ses souvenirs au sein de la Makhnovchtchina, et rassemblant autour de lui une poignée de camarades de l’usine, Fiodor relève au pied levé une pièce de 76mm abandonnée qu’il déplace sans cesse dans une charrette, à la façon dont dit-on, Makhno avait inventé la Tschanka.


Là, son courage, son inventivité et son charisme sont vite remarqués, tout comme son appétit d’en découdre avec les fascistes de tous poils. Dans la nuit du 14 au 15 octobre, il est évacué avec le reste de la garnison et intègre une armée rouge dont il ne partage ni la rougeur, ni le patriotisme, mais qui présente l’attrait de combattre l’ennemi absolu.


Affecté initialement au commandement d’une pièce de 76mm, Fiodor, au gré des pertes énormes subies par l’armée rouge monte rapidement en grade. Mais quelque soit son rang il conservera toujours une pièce de 76 directement sous ses ordres, qu’il fera invariablement tracter par un STZ-5 qui finira par devenir son véhicule de commandement, et dont il aura supervisé les améliorations.
L’attelage fort reconnaissable parcourant les champs de bataille du sud de l’Union Soviétique dès l’automne 1941 sera très vite connu sous le sobriquet de «  Fiodschanka » et son équipage sous celui de « Fédérovitchtchina ». On raconte même qu’on a vu la Fiodschanka mener directement des assauts sur les lignes ennemi, faisant feu de toutes ses armes de bord, la bannière au vent et Fiodor dressé sabre au clair hors de la cabine! La rumeur va jusqu’à prétendre qu’en vue de la Fiodschanka, le soldat soviétique est invincible !!


La Fiodschanka :
Tracteur STZ-5 renforcé doté d’un blindage improvisé composé d’un bouclier de pièce antichar 53-K, et chenilles de T34, et tractant une pièce de 76mm modèle 1927. Le Tracteur est équipé d’une radio, d’un tourelleau, d’une mirailleuse de 12,7mm coaxiale montée sur la cabine et d’une mitrailleuse antiaérienne montée à l’arrière de la caisse.

La Fédérovitchtchina :

Fiodor Fédérovitch : chef de bord et observateur d’arillerie.

Youri : ancien camarade de Fiodor aux usines de Stalingrad et Odessa, mécanicien et pilote expert, capable de conduire son engin sur les terrains le plus scabreux. Totalement dévoué à Fiodor quand ils sont tous deux débarqués sa PPSH 41 veille sur la vie de son chef bien plus que sur la sienne.

Vladimir  dit « l’empaleur »:  artilleur de métier,  chef de caisse et de pièce. Pointeur et balisticien expert, rompu au service du modèle 1927 lors du siège d’Odessa où il prétend avoir enfilé avec sa pièce plus d’une brochette roumaine.

Gektor et Viktor :  fratrie jumelle ukrainienne inapte au service de l’infanterie après avoir perdu l’usage normal de leurs membres inférieurs à l’ «Ivan Kupala» de 1938 en tentant une figure en binôme révolutionnaire au dessus du brasier coutumier. Depuis lors ils ont largement progressé dans leur maîtrise du feu et des distances en servant à la fois les armes de bords et la pièce de 76mm.



Sources d'inspiration:
http://www.berdichev.org/the_pogroms_in_ukraine_in_1919.htm
http://www.nestormakhno.info/english/guermakh.htm
http://www.ditext.com/voline/627.html
http://www.banquetdesgeneraux.com/article2.html


Règles spéciales

« na Ipsug »

Le blindage improvisé du tracteur n’est pas sans évoquer les na Ipsug d’Odessa. Petit, blindage 9, toit ouvert.  Doté de chenille et d’un blindage léger le tracteur est capable de mener des assauts blindés au même titre qu’un VBL chenillé.

« Youri »

L’expertise du pilote et de son copilote sur le STZ 5 lui confère la capacité « tout terrain »

« Traktor »

Malgré les améliorations apportées par Youri et Fiodor, la vitesse du STZ-5 reste limitée : 20cm en tout terrain, 30cm sur route. Le fait de tracter sa pièce de 76 de la ralenti pas.

« Vlad l’empaleur »

Lorsque la pièce de 76mm est utilisée en tir direct, elle n’est pas affectée par le malus de « tireur russe ». La pièce est  également dotée d’obus Heat.

« Fiodschanka! »

Si elle est clairement reconnaissable (soit avec la pièce attelée), les unités à 20 cm ou moins et en vue de la Fiodschanka  sont considérées comme fanatiques.

« Fiodor »

Fiodor dispose à la fois des capacités d’un commissaire politique et de celles d’un observateur d’artillerie (uniquement pour la pièce de 76mm)

« Ivan Kupala »

Les 3 hommes en caisse peuvent utiliser la HMG (arme de caisse sur l’axe avant uniquement) et la AAMG  (à 360°).  L’équipe de Vlad peut démonter les armes de bord pour former un groupe de MMG à mobilité réduite (15cm).

Valeur estimée : entre 80 et 150 pts selon la configuration: 115 pts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friedspiel.forumactif.com
 
Fiodor Fedorovitch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FIODOR TIOUTTCHEV (1803-1873)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Friedspiel Parade :: A la Parade :: Seconde Guerre Mondiale-
Sauter vers: